Book

BOOK de XABIER SOUBELET

Xabier SoubeletXabier Soubelet est né le 20 mai 1953. Il effectue ses premiers pas dans la vie créatrice dès sa jeunesse, où de nombreux poèmes voient le jour ainsi qu'un grand nombre de chansons.
C'est à 22 ans qu'il découvre la peinture grâce à l'amitié qui le lie au peintre du Baztan ,Jose Mari Apezetxea.
Il intégre rapidement le collectif des peintres du Baztan avec Ana Mari Marin,Apezetxea, Rezola,Kepa Arizmendi,Tomas Sobrino et les peintres biscayens Ismael Fidalgo et Marcelino Bañales
Ses premières toiles, de style impressionniste donneront rapidement lieu à un post impressionnisme cézannien puis à un fauvisme coloré. Aujourd'hui la peinture de Xabier tend vers l'abstrait tout en gardant des touches figuratives qui marquent l'attachement à ses racines. Son style s'appelle l'abstrootism néologisme crée par lui-même. Nous pourrions définir la peinture actuelle de Xabi comme un expressionisme abstrait basque.

 


Abstrootism / Abstraracinisme

Le mot « Abstrootism » est venu à l'esprit de Xabi en essayant de définir sa peinture récente, celle qui tend franchement vers un abstrait coloré mais qui n'oublie jamais ses racines. De Root, racine en anglais, ce mot prétend définir sa tendance à la fois abstraite et identitaire.

Son style est d'un abstrait sans frontières qui revendique néanmoins le "rootisme" de son aurteur, ancré dans un figuratif à peine suggéré, la peinture de Xabi Soubelet rentre pleinement dans l'expressionniste abstrait.

La plupart du temps, une tâche blanche représentant une maison lointaine donnera aux formes et couleurs abstraites qui l'entourent l'identité qu'il souhaite revendiquer, c'est elle qui rend l'abstrait, paysage et l'universel, basque. Sans elle, ils s'échapperaient de sa main et deviendraient communs et dépourvus de caractère propre, jusqu'à atteindre l'anonymat déjà inventé. Xabi affirme souvent que  cette tâche correspond à sa  propre signature.

On pourrait définir sa peinture comme une osmose entre le désordre méthodique qu'ilmincarneet la divulgation de la lumière, bassé sur un abstrait fortement coloré.
 Depuis longtemps influencé par l'expressionnisme allemand, les tableaux de Xabier sont essentiellement personnalisés par un geste vif et la puissance des couleurs bien prôche de  l'expressionisme abtrait des de Stael, Van Velde, Schneider ou encore Joan Michell, de kooning ou Grace Harnigan.

La peinture basque

" La peinture basque" de M de Jaureguiberry

portada-la-peinture-basqueVoici le livre de référence " La peinture basque" de Michel de Jaureguiberry. Il dévoile l'histoire de la peinture basque avec tous ses maîtres, qu'ils soient de Bizkaia, du Gipuzkoa ou de Navarre ou encore du Pays Basque nord. Tous ces artistes qui ont marqué la peinture basque sont décédés depuis longtemps pour la plupart. Avec eux  figurent sur le livre onze peintres actuels, bien vivants, qui selon de Jaureguiberry méritaient d'être sur ce receuil. Le fait que Xabier Soubelet y figure entouré d'artistes- peintres reconnus comme Apezetxea ou Zumeta, n'est pas le fruit du hasard.

 Voici un article de Xabier Soubelet définissant la peinture basque qu'il incarne:

La peinture basque

La peinture basque existe-elle? Sûrement mais au même titre que la nationalité n'est pas primordiale dans l'expressionnisme allemand, elle ne l'est pas dans la peinture basque.
Laissons place aux fondements de la peinture : l'âme et l'expression. L'âme du sentiment, celle de l'émoi, celle qui pousse le peintre à ressentir le frisson de son cœur. Et lorsque le cœur est basque, émotif et expressif c'est que la peinture basque a retrouvé son chemin et qu'elle n'a plus de preuves d'identité à fournir. Elle est d'abord peinture puis basque par naturalité, elle est d'abord souffle lumineux pour devenir émotion unique puis expression personnelle. Ongi etorria!
Aussi contradictoire que cela paraisse, la lumière extérieure devient le reflet de l'âme interne, ravie au soleil, d'abord usurpée, puis individuellement captée,enfermée, puis divulguée par le regard et la main . Âme et lumière deviennent alors inséparables, elles inondent le coeur du peintre et permettent de relier terre et vibration, matière et émotion.
Ainsi, le spectateur se rend compte que très peu de peintres ont la grâce d'exprimer à la fois le reflet de leur âme et celui du sujet représenté, ici le Pays basque.
Faut-il être basque et aimer le Pays basque pour l'exprimer ainsi ou suffit-il d'être un récepteur de choix, débordant d'émotion pour pouvoir ressentir et faire partager ce sentiment? Qui sait. Ce dont je suis sûr c'est que la peinture perd son identité pour ne devenir qu'expression explosive une fois surgie du coeur de l'artiste, mais ce coeur là est-il vraiment dénué d'identité, de racines, de reconnaissance et d' amour? Bien évidemment que non.
Si ce texte vous tourmente et vous avez quelque mal à saisir les contradictions qu'il renferme, c'est que vous commencez à comprendre ce qu'est vraiment la peinture basque.  Xabier Soubelet

 

Diario de Navarra, juin 2015  Pedro Lozano Uriz

MUCHOS han sido los pintores que han encontrado en el Baztan y el entomo deI rio Bidasoa un espaciô de inspiracion y de trabajo. Prueba ello es la exposicion que puede verse en la sala municipal Conde de Rodezno bajo el titulo: Maestros del Bidasoa, que recoge la labor de veintiocho artistas de los siglos XIX,XX y XXI.


Ahora bien, a poca distancia de esta muestra, uno de sus velntiocho autores, Xabier Soubelet, esta exhibiendo sus ûltimos trabajos en una exposiciôn individual a todas luces recomendable. Xabier es una figura consagrada aunque menos conocida dentro del àmbito de la pintura paisajista de la llamada "Escuela del Bidasoa".
Sin entrar en si este término es real o no, podemos, en todo caso, señalar que los temas presentes en la muestra de Soubelet corresponden a los ejercidos por este amplio grupo de pintores: campos y bosques baztaneses, bucolicos caserios y marinas de la cercana costa vascofrancesa
-La mayoria de los encuadres y planteamientos visuales corresponden también a los esquemas tradicionales y lo mismo ocurre con los colores, con encendidos paisajes, de otoño en rojos y amarillos sin olvidarnos de los verdes, azules ovioletas, todos ellos muy propios de la pintura de la zona.
Ahora bien, quien solo conozca la pintura de Xabier por estas lineas no puede hacerse una idea de lo que le espera en la sala Conde Rodezno. Esto se debe a que el mayor valor de Soubelet ha sido plantear una verdadera renovaciôn estética pero desde los principios, temas y elementos propios de los maestros que le han venido sucediendo en el territorio bazta- .
es.
La exposiciôn supone entonces un doble motivo de alegria.
Por un lado por si misma, dado el interés estético de la propuesta, la energia y fuerza de los cuadros, su colorido extraordinario y el dominio de las manchas como elementos
de expresiôn y construcciôn figurativa. Pero al mismo tiempo es muy destacable porque nos demuestra como es posible pintar de manera nueva los motivos tradicionales. Soubelet nos
enseña a renovar sobre una base previa y a ser nuevo sin perder la esencia.
La evolucién de Xabier le lleva a una apreciaciôn y asunciôn de corrientes artisticas. Desde el postimpresionismo cézanniano heredado de su maestro Apezetxea, ha ido revistiendo sus
cuadros con el fauvismo y el expresionismo alemân hasta llegar a la abstracciôn americana. Todo ello sin perder el carina y la pasion por un modela muy concreto, unos valles y unas costas cuya riqueza visual se demuestra, justamente, en su capacidad de ser miradas, remiradas y reinterpretadas nuevamente, cada vez que ese ejerclcio se hace, como es el
caso, con pasiôn y sinceridad.